Chronique d'une mort annoncée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chronique d'une mort annoncée

Message par Odile le Mer 23 Sep - 9:05

La vie était paisible, dans la famille Ad Vitam Aeternam. Tous vaquaient à leurs occupations vaillamment.
Certains livraient de terribles combats contre des monstres, d’autres vengeaient les plus faibles en attaquant des tueurs avides de sang et des bandits de grands chemins, les derniers apportaient soins et aides aux plus démunis des terres argentées.

Ils se connaissaient tous depuis fort longtemps, et malgré leur différence de caractère, de profession, ils avaient tous un point commun : la gentillesse.


Malgré leurs vies pleines d’impératifs, ils parvenaient à se réunir de temps en temps pour fêter un anniversaire, ou un évènement important.
Lors d’une de ces réunions, pulsat et odile entendirent que certains d’entre eux auraient aimé avoir un lieu où se retrouver plus fréquemment, une maison pour recevoir leurs amis et être enfin chez eux.

« Ma chérie, qu’en penses-tu ? Ne serait-ce pas une bonne idée de construire ce havre de paix ? »
Odile regarda tendrement son cher époux. Il était toujours aussi fougueux que lors de leur rencontre, et dans ses yeux elle vit cette étincelle qu’elle connaissait si bien. Elle se remémora ces anciennes demeures qui malgré leurs efforts étaient parties en désuétude, Ces longues heures passées à essayer de reconstruire quelque chose qui n’est déjà plus, la tristesse qui s’ensuit toujours lorsque le moment est venu d’abandonner ce que l’on a mis tant de temps à bâtir.
Mais comment lui dire non, elle l’aime trop pour cela.
« Mon cœur, tu sais que je serai toujours à tes cotés, et si tu décides de te lancer dans cette aventure, je te suivrai. »

Sitôt dit, sitôt fait. La construction de cette nouvelle maison démarra très vite. Chacun aida de son mieux.
Les craintes d’odile se dissipèrent petit à petit, et lorsque le moment fut venu de mettre la touche finale, elle essaya de rendre cet endroit aussi accueillant que possible. Elle cueillit des fleurs qu’elle disposa en petits bouquets, emplit la réserve de victuailles et de breuvages. Il en fallait pour tous les goûts, surtout ne manquer de rien pour que tout le monde se sente à l’aise.
Un petit coin détente fut même installé. Quoi de tel que pouvoir se délasser après de longs moments éprouvants passés à combattre ou secourir ?

Malheureusement, après l’engouement des premiers jours, la maison, leur maison se vida peu à peu.
Certains passaient encore de temps en temps, mais juste sur la pointe des pieds, sans un seul mot.
Que puis-je y faire ? Rien seule, mon chéri n’y peut rien non plus, mais si tous y mettent un peu de bonne volonté…
Chacun à la clé et peut modifier à volonté tout ce qu’il souhaite. « C’est chez vous, faites en sorte que ce beau lieu ne devienne pas très vite une ruine.»

Odile était lasse et triste, lorsqu’elle entendit un bruit à peine perceptible. Quelqu’un frappe à la porte ? Est-ce vrai ou est-ce que je me berce d’illusions ?....


p.s : toute réponse sera le bienvenue

_________________
Merci mon chéri d'avoir permis que mes rêves deviennent réalité.

avatar
Odile
Dame de pique
Dame de pique

Messages : 338
Date d'inscription : 06/09/2009
Age : 51
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique d'une mort annoncée

Message par Invité le Ven 16 Oct - 11:28

Une fois n'est pas coutume, je suis de nouveau perdu. Une simple visite se transforme en véritable calvaire pour pouvoir retrouvé la sortie. Je m'arrête dans un couloir bien vide, d'ailleurs, plus j'y pense ... Je n'ai rencontré personne depuis mon entré, cela me semble bizarre. Je progresse à pas feutré dans corridor assez vaste, le vent s'engouffre dans un léger sifflement. Le froid a élu domicile ici, apparemment.

Je m'arrête soudainement, devant une porte. Une tristesse semble s'échapper de cette pièce, je passe ma main sur la clenche. Oserai-je entré ? Ce n'est point ma demeure, mais je sens une âme en détresse. Je ne peux pas m'empêcher. Je frappe à la porte tout de même. Aucune réponse de la personne qui se trouve derrière. Je l'ouvre doucement puis je passe la tête dans la fente. Une personne que je n'avais pas encore vu, une jeune femme.

-Hum ... Bonsoir.

Je lui lance un sourire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique d'une mort annoncée

Message par Odile le Mar 20 Oct - 1:51

Perdue dans mes pensées, je ne me suis pas aperçue que le feu dans la cheminée ne crépitait plus, et que la pénombre s’était installée dans cette vaste salle bien trop vide. Un léger frisson parcourt mon corps, je saisis la cape que mon chéri m’a offerte et la jette sur mes épaules.

Le bruit qui m’a fait tressaillir, espérer, ne devait être que le vent qui hante ces couloirs. Comme au ralenti, je m’avance vers la porte pour la refermer, lorsqu’apparaît le visage d’un jeune homme. Ce visage amical, souriant illumine la pièce comme par magie.

Depuis combien de temps est-il là ? M’a-t-il vu dans ce moment de faiblesse ? La honte me fait rougir juste assez pour qu’il le remarque. Espérons qu’il pense que ce n’est du qu’à ma grande timidité.

« Bonj…euh bonsoir Monsieur. Quel plaisir d’avoir de la visite. Je vous en prie entrez pour vous réchauffer un peu. »
Le feu, quelle idiote je fais, pourvu que quelques braises subsistent pour que je puisse le raviver.
« Pardon, je manque à tous mes devoirs. Je me prénomme Odile, mon mari pulsat et les autres habitants de ces lieux, sont absents pour le moment. Notre demeure est toute récente, encore en travaux, d’où tous ces courants d’air.
Désirez-vous prendre une boisson chaude ainsi qu’un petit-encas ? Vous avez l’air épuisé, reposez vous un peu pendant que je m’occupe du feu. Nous aurons tout le loisir de discuter lorsque vous serez confortablement installé. »

Accompagnant le jeune homme vers la grande cheminée, mille questions traversaient mon esprit quelque peu embrumé.
Qui était cet homme ? C’était il égaré ou bien avait il fait tout ce chemin dans un but précis ? Son visage reflétait la bonté, mais comment se fier à une première apparence ?
Lorsqu’il s’assit, 2 magnifiques ailes sortirent un peu de son bel habit. Un ange… pulsat lui parlait souvent d’un de ses amis, peut-être était-ce lui ?

_________________
Merci mon chéri d'avoir permis que mes rêves deviennent réalité.

avatar
Odile
Dame de pique
Dame de pique

Messages : 338
Date d'inscription : 06/09/2009
Age : 51
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique d'une mort annoncée

Message par Invité le Mar 20 Oct - 13:32

Une pénombre morne enveloppe la pièce, juste la lueur de quelques braises ardente en guise de lumière, un peu faible pour cette parti du château. Odile, jeune et jolie jeune femme, au teint presque livide sauf ses joues qui deviennent légèrement rougeâtre, sans doute à cause de ma venue un peu brusque.

Je me laisse mener jusqu'à un fauteuil en face à la cheminé pratiquement éteinte. Je libère mes ailes dans le silence, ailes tachetées de noir, la nécrose. L'obscurité semble cacher ces taches ... Ces pensées, je les sens comme confuse, peut-être qu'elle ne s'attendait pas à voir quelqu'un, ou du moins, qu'elle avait perdu tout espoir de voir quelqu'un dans cette forteresse immensément vide. Je la regarde toujours avec le sourire.

-Je me nomme Goku ... Un verre d'eau ne serait pas de refus.

De courte présentation, mais que dire de plus ? Je porte mon regard sur cette salle complètement dénudée de vie. Triste à voir, mais je comprends pourquoi j'ai senti cette vague de déprime. La pièce en elle même est plongée dans la neurasthénie, une mélancolie profonde. Une sensation de déjà vu surgi, ces couloirs vident avec ce vent sinueux, aussi froid qu'une brise sur Dusso. Oui, un des nombreux passage sombre de ma vie ... Qui devient longue. Je sors de mes pensées, enfin, de mes souvenirs.

-Vous êtes donc la femme de Pulsat ...On s'est un peu perdu de vue, il y a longtemps. Mais il me semble que votre nom ne m'est pas inconnu. seul le visage manqué, c'est chose faite maintenant.

Les temps deviennent de plus en plus dur, je ne suis pas d'origine frileux, mais la température chute trop vite pour y être habitué.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique d'une mort annoncée

Message par Odile le Sam 6 Fév - 10:19

Goku, oui mon chéri m’avait parlé de Goku. Il apprécie beaucoup ce jeune homme, pourtant je ne sais presque rien de lui. Pulsat, même s’il n’est plus prêtre, garde secrètes les paroles qui lui sont confiées. C’est un trait de caractère que je partage avec lui, et que j’aime au plus haut point.

« Je m’occupe du feu, et je vous sers un verre d’eau. Vous êtes sûr de ne rien vouloir d’autre, il fait si froid ici, moi je prendrai un café. »

J’ouvre la cheminée, attise les pauvres braises qui ont subsisté, et rajoute du petit bois. Pendant ce court moment je sens le regard de Goku posé sur moi. Je suis sûre qu’il s’est aperçu que je ne me sentais pas très bien, je ne sais pas trop ce qu’il peut penser de moi. Il est temps que je reprenne mes esprits, que je retrouve ma force de tite guerrière et ma dignité.

Le feu éclaire à nouveau la pièce. Une torche à la main, j’entreprends d’allumer les flambeaux disséminés dans la pièce, et m’occupe enfin de mon invité.

« Veuillez m’excuser pour cette longue attente, je vous ai préparé un repas sommaire, ainsi qu’une chambre modeste mais confortable car je sais que vous avez fait un grand voyage pour venir jusque dans notre humble demeure.

Cette sobriété et cette austérité ne vous effrayent pas j’espère ? Je sais que vous vivez dans un palais somptueux, empli de vie et d’animation, cette différence doit vous surprendre.

Demain, en attendant que Pulsat soit de retour, j’aimerai, si vous le permettez, discuter avec vous de la façon de rendre cet endroit plus accueillant, plus convivial. Nous pourrons ainsi faire plus ample connaissance, et promis, le feu ne sera pas mourant comme ce soir. »

Je souris à mon invité, et le conduisit à sa chambre. Après lui avoir souhaité une agréable nuit, je retourne dans le salon, heureuse que ma solitude ait enfin été brisée.

Sur le fauteuil où se tenait Goku, un manuscrit. Il est bien trop tard pour le rendre à son propriétaire, je vais le ranger et le lui donnerai demain.
« Les cieux se rapprochent » écrit par Goku. Peut-être acceptera t’il que je le lise ? Je ne suis pas douée de talent d’écrivain, mais admire ceux qui à travers des mots nous transportent dans d’autres univers, nous font vivre l’existence d’autres personnes.

_________________
Merci mon chéri d'avoir permis que mes rêves deviennent réalité.

avatar
Odile
Dame de pique
Dame de pique

Messages : 338
Date d'inscription : 06/09/2009
Age : 51
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique d'une mort annoncée

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum